Liens utiles

Liens utiles

Ministère des Ressources en Eau
Agence Nationale des Ressources Hydrauliques
Agence Nationale des Barrages et des Transferts
Office National de l’Assainissement
Algérienne Des Eaux
SEAAL

Agences des Bassins Hydrographiques

Agence Integrée des Ressources en eau
Agence de Bassin Hydrographique – Oranie – Chott Chergui (OCC)
Agence de Bassin Hydrographique – Cheliff – Zahrez (CZ)
Agence de Bassin Hydrographique – Algerois-Hodna-Soummam (AHS)
Agence de Bassin Hydrographique – Constantinois-Seybousse-Mellegue (CSM)
Agence de Bassin Hydrographique – Sahara
Ministère de l’Agriculture
Institut National des Sols, de l’Irrigation et du Drainage (INSID)

Organisations internationales :

FAO (Food and Agriculture Organization)
Système Euro-Méditerranéen d’Information sur les savoir-faire dans le Domaine de l’Eau

Apply now

Economie de l’eau

Malgré la nette progression de la superficie irriguée due essentiellement à l’augmentation de l’efficience des réseaux et à la réduction des pertes, cette superficie va être améliorée grâce au programme de soutien à  l’économie de l’eau sur le Fond National de Développement de l’Investissement Agricole (FNDIA) initié  par le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural.

Ces techniques permettraient de faire des économies en eau d’irrigation de l’ordre de 30% pour l’irrigation localisée et de 15% pour l’aspersion. Ainsi avec le même volume d’eau distribué on aurait pu irriguer jusqu’ à 70 000 ha

Le programme «d’économie de l’eau» initié par le MADR

Dans le cadre de la concertation entre les Ministères des Ressources en Eau et celui de l’Agriculture et du Développement Rural, un des axes retenu est celui de la modernisation de l’irrigation.Ainsi, en faisant des économies sur les volumes consommés par les agriculteurs, on augmentera la sole irriguée à travers la généralisation  et le soutien des techniques modernes d’irrigation (systèmes économiseurs d’eau).En partenariat avec les fournisseurs et distributeurs de ces équipements  et en coordination avec les DSA concernés, l’ONID s’est doté d’une structure de distribution et de réalisation de ces systèmes aux profits des agriculteurs.Cette structure est composée de 05 dépôts  régionaux et de 24 points d’accueil (un au  niveau de chaque unité d’exploitation).A noter que ces systèmes sont soutenus par le FNDIA, concurrence de 50 à 60% selon le mode de gestion (collectif ou individuel)

La concertation MRE- MADR

Pour faire réussir ce programme, les espaces de concertation entre le MRE et le MADR ont été renforcés à  travers l’organisation de 3 regroupements régionaux co-présidés par les Secrétaires Généraux des deux Ministères (MRE et MADR).

Ces regroupements (au nombre de 3) ont eu lieu courant le mois de décembre 2010 et ont concerné l’ensemble des DHW et les DSA ainsi que les opérateurs sous tutelles.

A travers ces espaces, il est attendu entre autres :

  • Une meilleure coordination entre les deux secteurs essentiellement en ce qui concerne l’activité hydro agricole ;
  • Une meilleure exploitation du potentiel existant ;
  • L’identification et la proposition de programmes de développement locaux (par wilaya)  pour une meilleure cohérence entre la disponibilité  de la ressource et les objectifs d’irrigation (réajustement des programmes de wilaya) ;
  • L’adaptation des systèmes de production aux particularités agronomiques de chaque région afin de mieux valoriser les potentialités hydrauliques ;
  •  La valorisation et la généralisation de l’utilisation des eaux non conventionnelles (eaux usées épurées )
Apply now

Messages de sensibilisation

l’Irrigant doit savoir que :

 1- Conséquences néfastes de l’irrigation à partir des eaux usées non traitées  (voir vidéo)

2-  l’Avantage de l’irrigation collective par rapport à l’individuelle ( forage)

a) Aspect Economique

le coût de revient du mètre cube d’eau d’irrigation collective et nettement moins chèr  par rapport à celle d’une irrigation individuelle (Forage).

A titre d’illustration, nous présentons un détail du coût de revient d’un m3 d’eau à partir d’un forage au niveau de la Mitidja  :

Volume pompé mensuel : 15.600 M3

Charge d’énergie électrique mensuelle: 35.000 DA
Charge salariale mensuelle : 30.000 DA
Frais d’entretien mensuels : 5.000 DA
Dotations aux amortissement et provisions : 8.000 DA
Total Charges mensuelles : 78.000 DA

Coût du m3 d’eau :    78.000/15.600 = 5 DA

Alors que le prix administré d’un mètre cube d’eau fourni par l’ONID est fixé par la loi à :

  • 2,00 DA/M3 , pour  l’eau distribuأée gravitairement
  • 2,50 DA/M3 , pour l’eau distribuée après pompage

b) Aspect Productif

  • L’eau du barrage est beaucoup plus riche en éléments nutritifs  par rapport à celle des forages.

c) Aspect Environnemental

  • Le pompage des forages influe considérablement sur la nappe souterraine en causant un préjudice d’ordre environnemental .

 

 3- Lutte contre le gaspillage

  • Il faut irriguer moyennant la dose optimale utile de chaque culture , l’excès d’eau provogue l’asphixie de la plante
  • Installer vos rampes de façon à  irrguer que les parcelles concernées et éviter d’inonder les abords
  • Eviter d’irriguer pendant les vents et les grandes chaleurs
  • Lutter contre les infiltrations en utilisant des films ou membranes pour le transport gravitaire dans les seguias
  • Réparer les fuites  dans le système d’irrigation et éviter tout gaspillage  et surfacturation inutile
  • Alerter au plus vite les services de l’ONID les fuites et casses observées sur les réseaux.

4- Itinéraire technique d’une culture

Les cultures, pratiquées en plein champ ou en hors sol, obéissent à un  itinéraire technique qui , selon sa pratique, conditionne le succès ou l’chec de ces dernières .

Pour réussir une culture, on doit avoir un sol bien préparé , une fertilisation, un traitement et une conduite culturale.

Le cheminement de ces opérations est le suivant :

  • Labour profond ou moyen
  • Discage (façons superficielles)
  • Traçage piquetage
  • Rayonnage ou ouverture de potets
  • Plantation ou repiquage ou semi
  • Irrigation
  • Binage
  • Fertilisation
  • Traitement
  • Taille ou ébourgeonnage
  • récolte
Apply now

Conseils techniques

L’expérience en matière d’exploitation a démontré les limites ou les conséquences de la formule ou système traditionnel utilisé aussi bien à l’intérieur des GPI ou en PMH.

Le système dominant de distribution d’eau d’irrigation provoquant des pertes colossales d’eau pénalisant de beaucoup les faibles réserves en eau des barrages en exploitation ou forages préconisées et soutirées d’une pluviométrie faible et irrégulières assurées par un climat reconnu par sa prédominance aride ou semi aride et à tendance humide très faible.

Cette situation a poussé une profonde réflexion dans les rangs des services spécialisés en la matière, qui a eu écho dans les rangs des pouvoirs publics.

Ceci est à l’origine de l’initiation par l’Etat d’un programme quinquennal intitulé « Application de système d’irrigation économiseurs d’eau s’étalant de l’année 2010 à 2014.

Il s’agit d’une pénétration du monde de l’irrigation par les techniques les plus appropriées assurant une bonne économie de l’eau et une bonne qualité de l’irrigation par une adoption de système au goutte à goutte (Irrigation localisée), système par aspersion (Aspersion classique avec Enrouleur et pivot).

Pour garantir le succès de la mise en application de pareilles décisions politiques, l’éligibilité a été attribuée à l’ONID en tant qu’organisme professionnel dans le domaine de l’irrigation qui capitalise une longue expérience et continue de militer pour la cause de l’économie de l’eau et la qualité de l’irrigation.

Pour cela l’ONID s’est organisé pour prendre en charge cette noble mission tout en étant convaincu de tous les intérêts économiques qui peuvent être dégagés.

L’ONID a mis en place des structures d’accueil (5 Dépôts régionaux et 22 points de vente) lui permettant de se rapprocher des agriculteurs et répondre aux besoins exprimés au niveau de chaque périmètre.

Un appel est lancé aux agriculteurs soucieux d’améliorer leurs modes de production par l’intégration de systèmes d’irrigation économiseurs d’eau et valorisant la production agricole de se rapprocher des structures de l’ONID ou ils trouveront le bon accueil, le bon conseil, l’assistance technique et la qualité de service pour s’approvisionner et s’équiper en conséquence.

Apply now

Alerte à l’irrigation

A/ Bulletin agro-météorologique

Pour accompagner l’irrigant dans l’amélioration de sa production agricole et l’utilisation rationnelle de l’eau à  usage agricole,  l’ONID est entrain de mettre au point un système d’information dédié exclusivement à l’irrigant.

En attendant, et avec l’aimable autorisation de l’INSID/MADR , nous vous proposons de consulter le bulletion d’alerte à l’irrigation à travers ce lien

B/ Météo au niveau de nos périmètres

Région de l’Oranie Région du Cheliff Région de l’Algérois Région du Constantinois Région du Sahara
Périmètre de Habra

Périmètre de SIG

Périmètre de Brizina

Périmètre de M’leta

Périmètre de Hennaya

Périmètre de Mina

Périmètre de Bas Cheliff

Périmètre du Moyen Cheliff

Périmètre de Amra-Abadia

Périmètre du Haut Cheliff

Périmètre de Dahmouni I-II

Périmètre de M’Ghila

Périmètre de Bougara

Kramis

Périmètre du Sahel Algérois

Périmètre de Mitidja Ouest

Périmètre de Mitidja Est (hamiz)

Bouira

Mitidja centre

Beni slimane

Périmètre de Bounamoussa

Périmètre de Guelma Bouchegouf

Périmètre de Saf Saf

Périmètre de Zit Emba

Périmètre de Taher/Jijel

Périmètre de Sedrata

Périmètre de Ksar Sbihi

collo

Telaghma

Ouled Hamla

chemora

Périmètre de Oued Righ

Périmètre de Outaya

 

Apply now

Souscription

Afin d’assurer la proximité aux agriculteurs, l’ONID a installé au niveau de ses unités d’exploitation ainsi qu’au niveau des communes des bureaux d’accueil pour mener à bien son service public envers ses clients en facilitant les étapes de préinscriptions qui commencent par la préparation du dossier pour les nouveaux clients.

Le dossier à fournir pour les nouveaux clients :

Les clients qui ont le droit sont : des propriétaires ou membre d’exploitation Agricole Collectif (EAC), ou individuelle (EAI), ou propriétaire privé.

 

Le dossier contient :

  • Extrait de naissance
  • Résidence
  • Photo copie de la carte nationale
  • Parcelle de culture
  • Acte de propriété

Plus les documents proposés par l’office :

  • Carte d’inscription
  • Serment
  • Contrat d’alimentation en eau d’irrigation

Le fellah doit remplir la carte d’inscription qui contient des informations personnelles et des informations sur la parcelle, type des cultures et le volume à distribuer et signer un serment qui confirme les informations déclarées.

Contrat d’alimentation en eau d’irrigation :

Après avoir donné les informations nécessaires, pour l’élaboration de la carte de souscription et le serment, le fellah doit passer à la signature du contrat d’alimentation, pour bénéficier de l’eau agricole, le contrat en question contient 18 articles.

Il définit les droits et les obligations des signataires à savoir, l’office national de l’irrigation et du drainage (ONID) et les irrigants

Il y a deux types de contrat :

  • Contrat pour les parcelles dans le périmètre.
  • Contrat pour les parcelles hors périmètre.

Les procédures de paiement

Après la finalisation des procédures administratives et la signature du contrat, les irrigants expriment leurs besoins en matière d’irrigation selon le type des cultures, l’unité va lui alloué un volume d’eau selon les prix unitaires publiés dans le journal officiel.

L’unité établit un bon de paiement contenant le montant du volume alloué pour le paiement au niveau des banques conventionnées avec l’office, en suite le fellah reçoit un avis de versement pour justifier son paiement à travers l’unité cocontractante.

Une facture définitive établit au niveau de la comptabilité pour le suivi financier.

Une fois le dossier validé par l’Office National d’Irrigation et du Drainage, et durant la compagne d’irrigation, des procédures sont mise en place par l’ONID pour informer les irrigants périodiquement du volume consommé et la superficie irriguée, une feuille de comptage hebdomadaire des volumes consommés est mise à leur disposition, elle contient le détail du volume consommé quotidiennement par chaque irrigant, la feuille de comptage est signée par le client et l’aiguadier.

En cas de réclamation un délai de 7 jours est attribué aux irrigants pour éventuelles réclamations concernant leur consommation d’eau.

Les aiguadiers sont le lien direct entre les clients et l’office et dans ce sens, et pour mener à bien leur rôle envers les agriculteurs ils assurent plusieurs missions.

Les principales missions d’un aiguadier :

  1. Missions de Coordination et de Communication
  2. Missions de police réseau
  3. Missions de distribution
  4. Missions d’entretien et de maintenance

1. Missions de coordination et de communication

Assure la liaison unité/ usagers pour :

  • Tenue du fichier usagers
  • Souscriptions
  • Facturation/Recouvrement
  • Missions d’appui à l’irrigation
  • Informations socio agronomique

2. Missions de police de réseau

  • Préservation des ouvrages et équipements de tout empiétement.
  • Constate les infractions :
  • Vol d’eau
  • Détérioration des équipements et ouvrages

3. Missions de distribution

  • Valide les souscriptions.
  • Réalise le programme de distribution.
  • Responsable sur le comptage des débits et volumes du programme.
  • Responsable sur toutes les manipulations opérées sur les équipements.
  • Communique les plans de culture Prévisionnel Réalisé.

4. Mission d’entretien et de maintenance

Constate les anomalies sur :

  • Réseau
  • Équipements
  • Ouvrages
  • Réalise le programme d’entretien
Apply now